Accueil > Actualités ultramarines > Un regard ultramarin sur le Dictionnaire de l’historien sous la direction de (...)

Un regard ultramarin sur le Dictionnaire de l’historien sous la direction de Claude Gauvard et de Jean-François Sirinelli aux PUF

Le 3 septembre 2015 à 19h23

Un regard ultramarin sur le Dictionnaire de l’historien sous la direction de Claude Gauvard et de Jean-François Sirinelli aux PUF, "Quadrige dicos poche", 2015, XVIII-786 p. ISBN : 9782130561194 Prix : 39 €.

"Cet ouvrage, conçu par un travail d’équipe, est à un double titre un guide : de la recherche en histoire et du métier d’historien. Avec ses 355 entrées et ses 200 auteurs, il entend montrer que l’histoire est une discipline vivante, sans cesse remise sur le métier par ceux qui l’écrivent. Des choix ont dû être faits et les grands thèmes qui renouvellent la pensée historique ont été privilégiés : les sensibilités, les représentations, l’information, l’opinion, les médias, la culture de masse, la mondialisation, etc. Ils sont traités en respectant les écarts chronologiques, de l’Antiquité à nos jours, la diversité historiographique et la complexité de domaines souvent foisonnants. Il apparaît alors que, quelle que soit leur spécialité, les historiens ont en commun de répondre aux mêmes exigences de rigueur pour administrer la preuve et rechercher la vérité. Une grande attention a donc été portée au métier d’historien face à ces nouveaux objets et à de nouveaux modes d’investigation. Une telle somme montre que l’Histoire reste une, comme un édifice de savoirs indispensables au citoyen d’aujourd’hui."

Claude Gauvard est professeur émérite d’histoire du Moyen Âge à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre honoraire de l’Institut universitaire de France. Elle a récemment dirigé, aux Puf, la série « Une histoire personnelle de la France » en 7 volumes.
Jean-François Sirinelli est professeur d’histoire contemporaine à Sciences Po et président du Comité français des sciences historiques.
Ensemble, ils dirigent aux Puf la Revue historique (depuis 1998) et la collection « Le nœud gordien » (avec Lucien Bély).


Avant de livrer une analyse plus fournie de ce précieux dictionnaire, on soulignera tout d’abord l’existence de plusieurs entrées en rapport avec l’histoire ultramarine.
Si l’on regrette l’absence d’une entrée "Afrique", indiquons l’existence des entrées géographiques "Amérique" (Carmen Bernand), "Asie" (Éric Meyer), "Nouveau Monde" (Carmen Bernand) et même "Continent" (Christian Grataloup). Certaines entrées méritent également l’attention dans notre domaine d’étude : "Empire" (Monique Dondin-Payre), "Esclavage" (Olivier Grenouilleau), "Grandes découvertes" (Romain Bertrand), "Histoire globale" (Olivier Grenouilleau), "Histoire maritime" (Michel Vergé-Franceschi), "Impérialisme" (Patrick Le Roux), "Indigènes" (Carmen Bertrand), "Métissage(s)" (Carmen Bertrand), "Migrations" (Manuela Martini), "Mondialisation" (Olivier Grenouilleau). Sans oublier les entrées des religions.
Bien évidemment, de nombreuses entrées auront également leur utilité dans notre champ de connaissances (même si, là encore, des lacunes semblent apparaître : ni banque, ni finance ne figurent explicitement dans les entrées ; de même toutes les entrées ne sont pas systématiquement suivies d’une bibliographie...).
On soulignera avec insistance deux entrées majeures : "Fait colonial" (Pierre Singaravélou) et "Outre-mer(s)" (Yvan Combeau), cette dernière particulièrement parce qu’elle met en honneur notre société (la Société française d’histoire des outre-mers), nos publications (notamment Décoloniser l’histoire ?) et notre revue (Outre-mers. Revue d’histoire), dont l’histoire est au cœur des renouvellements de notre champ d’étude. Yvan Combeau le sait bien, qui retrace l’évolution du nom de notre société et de notre revue savantes, avec les tournants de 1912 (création de la Société et de la Revue d’histoire des colonies françaises), 1931 (Revue d’histoire des colonies), 1959 (Société et Revue française d’histoire d’outre-mer) et 1999, où notre société "opère un tournant en devenant : Outre-mers. Revue d’histoire".
Puisse cet ouvrage rendre de grands services !
Guillaume Vial.