Accueil > Actualités ultramarines > Vient de paraître Camus, militant communiste. Alger, 1935-1937 de Christian (...)

Vient de paraître Camus, militant communiste. Alger, 1935-1937 de Christian Phéline et Agnès Spiquel-Courdille chez Gallimard

Le 27 mars 2017 à 22h23

Vient de paraître Camus, militant communiste. Alger, 1935-1937. Suivi d’une correspondance entre Amar Ouzegane et Charles Poncet (1976) de Christian Phéline et Agnès Spiquel-Courdille chez Gallimard, 2017, 400 p. ISBN : 9782072699214 Prix : 25 € (existe aussi en version électronique).

"À la rentrée de 1935, Albert Camus, porté par son « goût de la justice », adhère à ce qui deviendra l’année suivante le Parti communiste d’Algérie (PCA) et s’attache à la création d’une Maison de la Culture et du Théâtre du Travail. L’expérience, où il s’était promis de « garder les yeux ouverts », ne dépasse pas deux ans. Elle inspirera durablement la prévention de l’écrivain à l’égard de toutes formes de stalinisme.
La compréhension de cet épisode est aujourd’hui profondément renouvelée par des documents et souvenirs inédits remontant aux acteurs directs, par le témoignage enfm publié de l’ancien dirigeant communiste Amar Ouzegane, par des archives en provenance du Komintern jusque-là inaccessibles, mais aussi par une relecture attentive de plusieurs écrits de Cmnus lui-même. On y vérifie que celui-ci a bien été écarté du PCA pour ne pas s’être résigné à la répression frappant les premiers nationalistes algériens issus de l’Étoile nord-africaine ; et qu’en ce temps de procès de Moscou, la mesure s’inscrit dans une longue série d’exclusions qui conduit à des règlements de comptes jusqu’après les massacres de 1945. On y redécouvre pourtant toute la vivacité de compagnonnages politiques et culturels qui, de manière parfois inattendue, se prolongent au sein de la Résistance algéroise, puis parmi les « Libéraux » de l’après-1954.
Le trajet de Camus militant communiste interroge ainsi, tour à tour, les déconvenues du Front populaire, les impasses de la politique du PCF sur la question coloniale, le lien entre combats démocratiques, quête d’une culture méditerranéenne et attentes d’une algérianité pluraliste, en même temps qu’il côtoie « l’absurde et l’inutile » auxquels, face aux réalités d’appareil, s’expose un engagement sincère. "

Christian Phéline, auteur de plusieurs études de micro-histoire de l’Algérie coloniale, et Agnès Spiquel-Courdille, professeur de littérature française et spécialiste d’Albert Camus, ont déjà préparé ensemble l’édition chez Gallimard du récit de Charles Poncet Camus et l’impossible Trêve civile (2015).
Information signalée sur Twitter par Jules Crétois (https://twitter.com/julesjibril/) de Jeune Afrique :
https://twitter.com/julesjibril/status/846410721009291264
On trouva un compte rendu de l’ouvrage par Jules Crétois sur le site Internet de Jeune Afrique : http://www.jeuneafrique.com/418107/culture/jeune-albert-camus-sympathisant-de-cause-algerienne/