Accueil > Actualités ultramarines > Paru récemment Devenir japonais. La mission jésuite au Japon (1549-­1614) de (...)

Paru récemment Devenir japonais. La mission jésuite au Japon (1549-­1614) de Hélène Vu Thanh aux Presses de l’Université de Paris-Sorbonne

Le 16 mai 2018 à 11h39

Paru récemment Devenir japonais. La mission jésuite au Japon (1549-­1614) de Hélène Vu Thanh aux Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, "Centre Roland Mousnier" (n° 75), 2016, 486 p. ISBN : 979-­10‐231‐0500-­1 Prix : 28 €.

"La mission jésuite du Japon s’inscrit dans le mouvement d’expansion portugaise en Asie, engagé dès la fin du XVe siècle. Arrivée en 1549 dans l’archipel nippon, la Compagnie de Jésus parvient à convertir un nombre important de Japonais avant que l’émergence d’un pouvoir central fort ne conduise à l’interdiction durable du christianisme en 1614.
En l’absence d’un pouvoir colonial, les jésuites élaborent une stratégie fondée sur l’observation de la société et de la culture japonaise pour mieux « naturaliser » leur ordre et adapter le christianisme aux usages de la population locale. Si cette politique d’accommodation permet d’incorporer des éléments culturels locaux au sein du christianisme, les jésuites n’ambitionnent pas moins pour la nouvelle Chrétienté japonaise qu’elle trouve sa place au sein d’un catholicisme en plein renouvellement depuis le concile de Trente. Phénomènes de métissage, appropriation ou résistance des traditions locales au christianisme : la mission jésuite du Japon illustre pleinement les problématiques de la première mondialisation.
En replaçant le phénomène missionnaire dans un cadre global, cet ouvrage restitue les multiples facettes de l’action de la Compagnie de Jésus au Japon et nuance l’image traditionnelle d’une mission héroïque. Il explore les connexions établies par les jésuites entre le Japon et l’Europe et met en regard les stratégies d’évangélisation avec celles des autres entreprises missionnaires en Asie et en Amérique."



Agrégée et docteur en histoire, Hélène Vu Thanh est actuellement maître de conférences à l’université de Bretagne-Sud. Elle est spécialiste des missions catholiques au Japon et de la présence européenne en Asie à l’époque moderne.