Accueil > Actualités ultramarines > Vient de paraître le dossier "50 ans après Vatican II. L’Afrique et l’héritage (...)

Vient de paraître le dossier "50 ans après Vatican II. L’Afrique et l’héritage d’Alioune Diop" sous la direction de Charles Becker, Jeanne Lopis-Sylla & Aloyse-Raymond Ndiaye de la revue Présence africaine

Le 24 mars 2019 à 13h23

Vient de paraître le dossier "50 ans après Vatican II. L’Afrique et l’héritage d’Alioune Diop : le dialogue des religions et les défis du temps présent. Actes du Colloque international, Dakar – 27, 28, 29 janvier 2016" sous la direction de Charles Becker, Jeanne Lopis-Sylla & Aloyse-Raymond Ndiaye de la revue Présence africaine. Revue culturelle du monde noir (Cultural Review of the Black World Nouvelle série bilingue/New bilingual series), n° 195-196 année 2017 (parution mars 2019), 732 p. ISSN : 0032-7638 / ISBN : 978-2-7087-0921-8 Prix : 58 euros, Prix Afrique subsaharienne : 16,50 euros.
Numéro de la revue Présence africaine bientôt disponible en version électronique sur cairn.info


"Ce livre souligne l’importance de l’événement du concile Vatican II qui a lieu à un moment crucial de l’histoire du continent africain. Il met en évidence le rôle majeur d’Alioune Diop qui, par ses engagements et ses initiatives d’éveilleur, a su y faire entendre la voix de l’Afrique et promouvoir l’instauration d’un dialogue exigeant entre les cultures plurielles et entre toutes les religions. Il invite à trouver dans l’héritage du fondateur de Présence Africaine une source pour penser aujourd’hui un avenir commun et inventer les voies de la paix en Afrique et dans le monde.
Dans le foisonnement des interrogations, est posée une question récurrente : la présence africaine est-elle un atout pour la définition d’une nouvelle éthique dans le domaine de la culture, de la politique et de l’économie ? En somme dans la quête d’un nouvel humanisme, le « génie africain » a-t-il un message humaniste à communiquer et à proposer pour l’enculturation de valeurs exigées par les nouveaux défis du temps présent ?"





Nous tenons à remercier amicalement et chaleureusement Charles Becker pour nous avoir communiqué la primeur de cette information !