Accueil > Actualités ultramarines > Vient de paraître L’État de distorsion en Afrique de l’Ouest. Des empires à la (...)

Vient de paraître L’État de distorsion en Afrique de l’Ouest. Des empires à la nation de Jean-François Bayart, Ibrahima Poudiougou et Giovanni Zanoletti chez Karthala

Le 12 juin 2019 à 14h39

Vient de paraître L’État de distorsion en Afrique de l’Ouest. Des empires à la nation de Jean-François Bayart, Ibrahima Poudiougou et Giovanni Zanoletti chez Karthala et Agence française de développement - AFD, coll. "Terrains du siècle", 2019, 168 p. ISBN : 9782811126247 Prix : 15 € (existe aussi en version électronique).

"Les classes politiques africaines ont choisi, au lendemain des indépendances, de reproduire le cadre territorial hérité de la colonisation et ont entériné le principe de l’État-nation. Ce dernier contredit la plupart des ressorts politiques, économiques, culturels des sociétés africaines. Mais il a aussi fait l’objet de processus d’appropriation souvent massive, et toujours créative, de la part de l’ensemble de leurs acteurs.
Cette double réalité rend insuffisantes la plupart des interprétations qui mettent l’accent sur des contradictions supposées insurmontables entre un État hérité de la colonisation et les sociétés du cru, sous la forme d’un jeu à somme nulle. Les choses sont en fait plus compliquées. Car les régimes de légitimité, de sécurité, de responsabilité sociale, d’enrichissement, de représentation culturelle et politique du « bon gouvernement » participent simultanément de ces deux dimensions historiques, d’espaces différents, de durées disparates qui s’encastrent les unes dans les autres plutôt qu’elles ne se succèdent.
Cette distorsion inhérente aux sociétés africaines contemporaines est source d’ambivalence, plutôt que d’ambiguïté comme le pensaient Cheikh Hamidou Kane et Georges Balandier. Elle rend problématique l’institutionnalisation d’une gouvernance de la transparence, et tend à inscrire la compétition politique, l’accumulation de la richesse et la lutte sociale dans l’ordre de la violence."



Jean-François Bayart est professeur à l’IHEID de Genève, et titulaire de la chaire Yves Oltramare « Religion et politique dans le monde contemporain ». Ibrahima Poudiougou est doctorant à l’Université de Turin. Giovanni sc>Zanoletti est doctorant à l’Université Paris-Nanterre.