Accueil > Actualités ultramarines > Les Jeudis de la BRA 2019-2020 deviennent Les Jeudis du GED (Campus (...)

Les Jeudis de la BRA 2019-2020 deviennent Les Jeudis du GED (Campus Condorcet)

Le 30 janvier 2020 à 17h31

Les Jeudis de la BRA 2019-2020
deviennent Les Jeudis du GED
Campus Condorcet

Rez-de-jardin de la MSH - Paris Nord
20 avenue George Sand à Saint-Denis
Le jeudi de 18h à 19h30, une fois par mois



A l’automne 2019, la Bibliothèque de recherches africaines rejoint le Grand équipement documentaire (GED), bibliothèque du Campus Condorcet à Aubervilliers. Les Jeudis de la BRA, rencontres qui avaient lieu une fois par mois dans la salle de lecture de la BRA, permettaient de partager avec les chercheurs un moment d’échange et de débat autour de leurs dernières publications. Ces rencontres perdurent et se nommeront désormais les Jeudis du GED.

La formule reste la même : mensuelle, le jeudi de 18h à 19h30. Seul le lieu change : cela se passera cette année en rez-de-jardin de la MSH - Paris nord, 20 avenue George Sand à Saint-Denis, métro Front Populaire.

Programme 2019-2020
- 10 octobre 2019 : Elara Bertho
Discutante : Odile Goerg
Sorcières, tyrans, héros. Mémoires postcoloniales et résistants africains, Honoré Champion, 2019.
Affiche de la séance
"Tour à tour gloires nationales, héros, pères fondateurs ou au contraire tyrans sanguinaires et sorciers malfaisants, les résistants africains à la colonisation ont souvent connu une grande fortune littéraire et suscitent la fascination collective. D’abord investies par la littérature orale africaine et par l’historiographie coloniale, ces figures émergent souvent au tournant des indépendances et font leur apparition sur la scène culturelle : romans, pièces de théâtre, ballets, films, chants s’attachent à réécrire l’histoire dite nationale des nouveaux États. Interroger les représentations en littérature et dans les arts de ces figures héroïques, c’est donc analyser l’écriture de l’histoire en acte, la mémoire collective et l’imaginaire commun en formation. Notre hypothèse est la suivante : les arts, et la littérature au premier plan, jouent un rôle prépondérant dans la création d’identités collectives. Il s’agit donc de vérifier de manière pragmatique la place du fait littéraire, et plus généralement artistique, dans la formation d’imaginaires collectifs, de lier littérature, histoire, société afin de prouver que la littérature n’est pas qu’un « lieu de mémoire » sanctuarisé. La littérature est alors liée au fait politique, au sens large de construction du vivre-ensemble dans et par les discours."

- 14 novembre 2019 : Elena Vezzadini
Discutante : Florence Brisset-Foucault
Lost nationalism. Revolution, Memory and Anti-Colonial Resistance in Sudan, James Currey, 2019.
Affiche de la séance
Détails de la séance
Séance initialement prévue le 7 novembre et déplacée au 14 novembre 2019.

- 19 mars 2020 : Maud Saint Lary
Réislamisations au Burkina Faso. Questions de genre et enjeux sociaux, Karthala, 2019.
Discutante : Marie Miran-Guyon

- 26 mars 2020 : Guillaume Vial
Discutant : Francis Simonis
Les signares de Saint-Louis du Sénégal et de Gorée, XVIIIe- XIXe siècle. Étude critique d’une identité métisse, Hémisphères Éditions - Nouvelles Éditions Maisonneuve & Larose, 2019.
"Qui ne connaît les Signares, ces Sénégambiennes d’autrefois, femmes d’influence, noires et métisses, mariées à la mode du pays à des Européens de passage ? Ces maîtresses d’esclaves s’adonnant à tous les commerces, y compris les plus condamnables ou les moins avouables moralement ? Elles ont fait l’objet de bien des écrits ; mais c’est une démarche originale, l’étude critique de leur identité métisse, que Guillaume Vial entreprend ici sur le temps long.
Estimées et admirées pour leur entregent et leur réputation de beauté au point de faire souche, les signares ont été dénigrées puis sont tombées dans l’oubli à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, avant de connaître un siècle plus tard une spectaculaire résurrection, à l’heure de la célébration de « la beauté du métis » et du développement au Sénégal d’une culture matérielle et esthétique signare.
Il n’est que temps de réaliser une étude qui rende compte de la vigueur de ces actrices de l’histoire, femmes entreprenantes et influentes, femmes de leur temps et de leur espace, à la charnière des mondes européen et africain, loin de toute condamnation morale."

En raison du mouvement social, cette séance des Jeudis du GED prévue le 16 janvier est reportée au 26 mars.

- 2 avril 2020 : Florence Brisset-Foucault
Talkative Polity. Radio, Domination, and Citizenship in Uganda, Ohio University Press, 2019.
Discutante : Sabine Planel

- 30 avril 2020 : Julien Brachet, Judith Scheele
The Value of Disorder. Autonomy, Prosperity, and Plunder in the Chadian Sahara, Cambridge University Press, 2019.

Discutante : Marielle Debos

- 6 février 2020 : Alice Degorce, Katrin Langewiesche et Ludovic O. Kibora
Séance du 6 février annulée et reportée le 7 mai 2020

Discutant : Jean-Bernard Ouédraogo
Rencontres religieuses et dynamiques sociales au Burkina Faso, Amalion Publishing, 2019.

Affiche initiale

Détails de la séance (Campus Condorcet)
Détails de la séance (Imaf)
"Le Burkina Faso est caractérisé par un paysage religieux, où se côtoient religions traditionnelles, musulmanes et chrétiennes. Cette cohabitation s’inscrit dans un contexte social et historique étudié de longue date par les chercheurs. Alors que la situation sécuritaire se dégrade depuis plusieurs années dans la zone sahélo-saharienne, la question religieuse est de plus en plus mise sur le devant de la scène burkinabè. Cet ouvrage collectif propose aux lecteurs une synthèse des connaissances accumulées par les chercheurs au cours des dernières décennies sur les différentes religions et les dynamiques sociales qui y sont associées.
La première partie décrit les courants religieux en présence. Elle souligne ainsi la centralité du religieux pour saisir les changements sociaux. Dans la seconde partie, les interactions entre religions sont questionnées à travers des thématiques transversales d’actualités, telles que l’éducation, la démographie, la politique, les ONG confessionnelles, l’historicité de la notion de djihad ou l’usage des NTICs. Les dynamiques sociopolitiques récentes qui traversent le Burkina Faso redéfinissent sans doute le champ du religieux, tout en s’inscrivant dans un contexte historiquement et socialement marqué par la diversité. Cet ouvrage éclaire la question actuelle de la gestion de cette diversité par des exemples de coexistence religieuse étalés sur plusieurs siècles, sans masquer les antagonismes et conflits vécus."

- 14 mail 2020 : Vincent Bonnecase
Les prix de la colère. Une histoire de la vie chère au Burkina Faso, Editions EHESS, 2019.

- 28 mai 2020 : Fabienne Samson
Des musulmans dans une Église chrétienne. L’Église Universelle du Royaume de Dieu au Sénégal, Presses universitaires de Bordeaux, 2019 (à paraître).

- 25 juin 2020 : Romain Tiquet
Travail forcé et mobilisation de la main-d’œuvre au Sénégal. Années 1920-1960, Presses universitaires de Rennes, 2019.
Discutante : Marianne Lemaire

Nous tenons à remercier vivement et chaleureusement Aurélie Albespy, non seulement pour nous avoir prévenu de ce nouveau programme mais surtout pour nous avoir appris qu’elle poursuivait sa mission, dans ce nouveau lieu.
http://imaf.cnrs.fr/spip.php?article3607