Accueil > Actualités ultramarines > Le débat sur "le coût de la colonisation française" relancé ?

Le débat sur "le coût de la colonisation française" relancé ?

Le 26 juin 2014 à 13h52

Le journal Le Monde vient de rendre compte dans son édition du mardi 26 mai 2014 du Prix du meilleur jeune économiste 2014, attribué à Augustin Landier.

Le Prix du meilleur jeune économiste, créé en 2000, décerné par le Cercle des économistes et Le Monde, en partenariat avec le Sénat, est destiné à valoriser les travaux – thèse ou article publié – d’un(e) chercheur (euse) âgé(e) de moins de 40 ans.

Parmi les nominés, Elise Huillery, 36 ans, Assistant Professor of Economics à Sciences Po et chercheuse affiliée au Abdul Latif Jameel Poverty Action Lab, laboratoire d’action contre la pauvreté, créé en 2003 au département d’économie du Massachusetts Institute of Technology a été interviewée par Adrien de Tricornot, journaliste au journal Le Monde (version au format pdf ).

A propos de sa thèse soutenue en 2008 (disponible au format pdf, à l’adresse suivante : http://piketty.pse.ens.fr/fichiers/enseig/memothes/TheseHuillery2008.pdf), Élise Huillery commente : "Vouée au bilan économique de la colonisation française en Afrique de l’Ouest, elle bat en brèche la thèse de Jacques Marseille, publiée en 1984, selon laquelle la colonisation a été un sacrifice pour la France."

Et d’ajouter : "Car l’examen des budgets coloniaux et métropolitains montre le contraire. Seulement 0,29% des recettes fiscales de la métropole ont été affectées à ces colonies, dont les quatre cinquièmes sont en réalité le coût de la conquête militaire.

L’investissement dans des biens publics ne représente qu’un coût équivalant à 0,05 % des dépenses fiscales métropolitaines et n’a couvert que 2 % du coût des investissements publics locaux : les chemins de fer, les routes, les écoles ou les hôpitaux ont été financés à 98 % par les taxes locales…

De plus, celles-ci ont entretenu, jusqu’à la réforme du système en 1956, les hauts cadres coloniaux : les 8 gouverneurs et 120 administrateurs de cercle absorbaient à eux seuls 13 % des budgets locaux ! La France a été le fardeau de l’homme noir, et non l’inverse."

Voilà quelques éléments apportés au débat du coût de la colonisation française.