Accueil > Actualités ultramarines > Communication de Christine Chivallon sur "L’esclavage dans les Caraïbes, du (...)

Communication de Christine Chivallon sur "L’esclavage dans les Caraïbes, du souvenir à la mémoire" (APECE, Sorbonne, 8 novembre 2014)

Le 26 octobre 2014 à 14h32

L’Association pour l’étude de la colonisation européenne 1750-1850 (APECE)
propose une communication de Christine Chivallon,
qui sera centrée sur le récent ouvrage de l’auteur :
« L’esclavage, du souvenir à la mémoire. Contribution à une anthropologie de la Caraïbe » (Paris, Karthala, 2012)
17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris
Sorbonne, escalier C, salle Marc Bloch
8 novembre 2014 à 14h30


Nous espérons vous retrouver nombreux pour cette séance importante, au cœur des débats actuels autour de la « mémoire de l’esclavage ».
Bien cordialement,
Marcel Dorigny, pour le Bureau

Plus de détails sur l’ouvrage, en cliquant sur l’image


Résumé de la communication :
"L’ouvrage présenté propose une étude de grande envergure, première du genre sur la mémoire et le souvenir de l’esclavage. En analysant les débats politiques et académiques des vingt dernières années, l’auteur dégage deux approches : celle du soupçon politique (victimisation, instrumentalisation, surenchère) et celle du doute anthropologique (fragilité, absence, vide). Ayant établi ce constat, Christine Chivallon part alors à la recherche des traces du souvenir de l’esclavage ainsi que des témoins qui les transmettent pour comprendre la teneur des expressions mémorielles issues de l’expérience esclavagiste.
L’étude de l’Insurrection du sud qui a opposé, à la Martinique, anciens maîtres et anciens esclaves, en 1870, au moment de l’instauration de la Troisième République, forme le pivot de ce parcours. Elle permet de reconstituer une scène primordiale de violence et d’en trouver les expressions transmises au sein des descendants des insurgés, témoins d’aujourd’hui. L’approche de cet évènement fondateur fournit l’occasion d’aller bien au-delà de la découverte de récits de mémoire minorés pour explorer les différentes manières de transmettre, de s’emparer, ou « d’incorporer » le passé dans un contexte (post)colonial, formé dans la double matrice de l’esclavage et de la République.
Pourtant, cette recherche dépasse largement le cadre empirique de la Martinique en établissant des connaissances sur la Caraïbe et les Amériques noires, et en construisant des interprétations théoriques autant sur les faits de mémoire que sur les expériences historiques liées aux conditions coloniales esclavagistes et à leurs devenirs."

Christine Chivallon, Directrice de recherche,
LAM-CNRS, (Les Afriques dans le Monde)
Sciences Po Bordeaux.

Le programme 2014-2015 de l’APECE est à consulter !