Accueil > Actualités ultramarines > Celles qui passent sans se rallier. La mission Paulme-Lifchitz, janvier - (...)

Celles qui passent sans se rallier. La mission Paulme-Lifchitz, janvier - octobre 1935, ouvrage de Marianne Lemaire (BEROSE) disponible en ligne

Le 29 décembre 2014 à 15h36

LE BÉROSE (Base d’étude et de recherche sur l’organisation des savoirs ethnographiques) est une base de données en ligne, produite dans le cadre du programme « Sources et genèses de l’ethnologie en Europe (XVIe-XXe siècles) » qui réunit sous l’égide du IIAC (équipe Lahic) et du ministère de la Culture un groupe interdisciplinaire de chercheurs européens travaillant de longue date sur l’histoire de l’ethnologie et de l’anthropologie.

Ce programme de recherche a pour but de produire une généalogie fine des savoirs ethnographiques en Europe et de scruter la très grande diversité des lieux et des moments de leur émergence.

Le BÉROSE vient de publier en ligne le volume n° 5 de la collection "Les Carnets de Bérose", Celles qui passent sans se rallier. La mission Paulme-Lifchitz, janvier - octobre 1935,
de Marianne LEMAIRE, édité par Lahic / DPRPS-Direction des patrimoines, 2014.

L’ouvrage est librement téléchargeable ( - 1.9 Mo).

"En janvier 1935, Deborah Lifchitz et Denise Paulme quittent Paris pour gagner le village dogon de Sanga (Soudan français) en même temps que les sept membres de la mission Sahara-Soudan dirigée par Marcel Griaule. Mais la bourse de la fondation Rockefeller que Denise Paulme a obtenue, et dont elle partage le montant avec son amie, leur donne la possibilité de prolonger leur séjour sur le terrain jusqu’au mois d’octobre. Les travaux qu’elles mènent alors de conserve leur permettent à leur retour d’imposer leur expérience comme une mission à part entière, plutôt que comme un simple prolongement de Sahara-Soudan. En effet, si la mission Paulme-Lifchitz ne s’est pas à tous les égards distinguée de la mission de Marcel Griaule ou d’autres missions effectuées dans la période de l’Entre-deux-guerres, elle a néanmoins mis en oeuvre un ensemble de propositions nouvelles, à travers lesquelles l’identité sexuée des deux ethnologues joue un rôle important."

Cet ouvrage est le cinquième volume des Carnets de Bérose, une collection éditée électroniquement par le Lahic et le département du Pilotage de la recherche et de la politique scientifique de la Direction générale des patrimoines (ministère de la Culture). Il fait partie d’une série consacrée aux missions, enquêtes et terrains des années 1930.

Marianne LEMAIRE, chargée de recherche en anthropologie au CNRS, est membre de l’IMAf (Institut des Mondes Africains). Ses recherches actuelles portent sur l’histoire de l’ethnologie française, et plus précisément sur les parcours, les missions et les écrits scientifiques des nombreuses femmes qui ont investi la discipline dès son institutionnalisation dans la période de l’Entre-deux-guerres.

Information signalée sur le site de l’IMAF.