Accueil > Actualités ultramarines > Paru récemment Les marrons Boni de Guyane : luttes et survie en logique (...)

Paru récemment Les marrons Boni de Guyane : luttes et survie en logique coloniale (1712-1880) de Jean Moomou aux éditions Ibis Rouge

Le 9 novembre 2015 à 22h55

Paru récemment Les marrons Boni de Guyane : luttes et survie en logique coloniale (1712-1880) de Jean Moomou aux éditions Ibis Rouge, "Espace outre-mer", 2013, 608 p. ISBN : 978-2-84450-422-7 Prix : 40 € (existe en version électronique chez Numilog).
Prix du Marronnage 2013


Prospectus de l’ouvrage

"Cet ouvrage aborde un ensemble de thématiques liées au passé de ce groupe socioculturel de la Guyane et du Surinam :

– la question de la désignation et d’autodésignation,
– l’instrumentalisation des groupes bushinengue (saamaka, djuka, matawaï, kwinty) dans la lutte pour l’indépendance du Surinam et de la Guyane française (années 1960-1970),
– la question de la mémoire et de l’histoire du marronnage boni et des autres groupes bushinengue du XVIII e siècle,
– les luttes avec l’armée coloniale,
– les trahisons, les violences en société marronne et au sein des troupes coloniales, la brutalité de cette histoire, parsemée d’actes de barbarie,
– les marqueurs psychologiques et comportementaux du passé esclavagiste chez des sociétés pourtant marronnes,
– la question de la survie en milieu fluvial et forestier,
– les relations commerciales et nuptiales entre Marrons boni et djuka au XVIIIe siècle, leur structure politique, sociale et économique.



Ce livre traite également de l’identité culturelle et religieuse des Boni qui embrasse aussi celle des autres groupes, en insistant à la fois sur l’africanisation et l’américanisation des cultures marronnes à l’image de ce que nous avons observé, ailleurs, dans les Amériques noires. Nous avons aussi, quand cela nous a été possible, de comparer leur identité culturelle et cultuelle à celle des populations amérindiennes et créoles du plateau des Guyanes et de la Caraïbe. Il est question enfin, de la situation des Boni au cours des années 1860 et 1880 confrontée aux ambitions économique, politique et civilisationnelle des colonisateurs français
et hollandais qui tentent d’étendre l’espace colonial."

Jean Moomou, maître de conférences en histoire moderne et contemporaine (Université des Antilles et de la Guyane).