Accueil > Actualités ultramarines > Journée d’étude HIZOF "Histoire financière internationale de la Zone franc" (...)

Journée d’étude HIZOF "Histoire financière internationale de la Zone franc" (Rouen, 10 juin 2015)

Le 6 juin 2015 à 20h00

Journée d’étude (Rouen)
Histoire financière internationale de la Zone franc
IRIHS - Normandie université
Mont Saint-Aignan, Reportée en juin



Programme
9h30 : Accueil des participants

9h30 - 11h : Session 1 : Les banques centrales au cœur de la coopération monétaire internationale.
Présidence : Christian de Boissieu (université de Paris 1)
- Vincent Duchaussoy (Normandie université / University of Glasgow), "Décolonisation de la coopération monétaire en Afrique de l’Ouest et africanisation de la BCEAO dans les années 1960-1970"
- Tchétché N’Guessan (université d’Abidjan), "Les banques centrales et la coopération monétaire en Zone franc depuis les années 1990"

11h - 11h15 : Pause café

11h15 - 12h45 : Session 2 : L’internationalisation de la coopération monétaire
Présidence : Christian de Boissieu (Université de Paris 1)


- Olivier Feiertag (université de Rouen), "Le Maroc, de la Zone franc à la crise de la dette : quelle place pour la coopération monétaire internationale ?"
- Michel Lesourd (université de Rouen), "Le Cap Vert et la zone escudo"

13h - 14h15 : Pause Déjeuner

14h15 - 16h30 : Session 3 : Coopération monétaire et expériences nationales
Présidence : Vincent Duchaussoy (Rouen/Glagow)
- Florian Ferrand (université de Rouen), "L’économie malgache dans la Zone franc"
- Chislain Moupebele Makadjoka (université Paris 7), "La Caisse Autonome d’Amortissement( Gabon) et la Banque de France : quel accord de consolidation de la dette extérieure du Gabon (1982-1992) ?"
- N’Famoussa Bagayoko (EHESS), "L’endettement extérieur des pays de l’UEMOA dans les années 1975-1995"
- Karl Adhépeau (Paris4), "L’intégration monétaire européenne et sa portée en Zone franc"
- Edwige Kamdem (Bordeaux 4), "La définition de la politique monétaire en zone CEMAC"

Manifestation organisée avec le soutien de l’Agence universitaire de la Francophonie, la Banque de France et l’IGPDE.