Accueil > Actualités de la SFHOM > Hommage à notre collègue Danielle Bégot

Hommage à notre collègue Danielle Bégot

Le 1er décembre 2015 à 17h50

À la suite de la disparition de notre collègue Danielle Bégot, le dimanche 15 novembre 2015, nous tenons, à la Société française d’histoire des outre-mers, à lui rendre hommage, à travers ce texte de Jacques Dumont.

"Madame Danielle Bégot avait intégré l’Université des Antilles et de la Guyane (UAG) en 1973 après une formation à l’université d’Aix et une thèse sur la Camargue. Elle a passé l’essentiel de sa carrière au service de l’enseignement et de la recherche au sein de l’UAG.

Elle était professeur émérite depuis 2010, dirigeant encore plusieurs thèses, dont plusieurs ont obtenu récemment des prix. Elle a enseigné et formé à l’histoire plusieurs générations d’étudiants antillais et guyanais qui gardent le souvenir d’une enseignante hors-pair, entièrement dévouée à sa profession et à ses étudiants.
Le Professeur Bégot a enseigné notamment l’histoire contemporaine, l’histoire de l’art, et depuis plusieurs années l’histoire du patrimoine antillais, branche disciplinaire qu’elle a fondé par ses recherches sur la peinture, les vestiges d’habitations et les monuments patrimoniaux de la Caraïbe. Elle était reconnue experte dans ce domaine et à ce titre collaborait à diverses instances aussi bien au plan régional que national, caribéen et international.

Elle a fondé, structuré et dirigé jusqu’à son éméritat le laboratoire d’histoire AIHP (Archéologie Industrielle Histoire et Patrimoine, EA 929) qui, à ce jour, est la seule structure de recherches universitaires en France à se consacrer exclusivement à l’histoire de la Caraïbe. Elle a été présidente de l’
Association of Caribbean Historians, membre des Sociétés d’Histoire de Guadeloupe (assurant les fonctions de secrétaire) de celle de Martinique, ainsi que de différentes sociétés savantes. Ses travaux sont consignés dans de très nombreux rapports et articles publiés. Elle a contribué à différents ouvrages et dirigé plusieurs dont le monumental Guide de la recherche en Histoire antillaise et guyanaise (2011). Le chemin parcouru depuis Construire l’histoire antillaise, qu’elle avait co-dirigé en 2002 permet de mesurer l’ampleur de son apport et l’immensité de la perte."